Gaz de schiste et fracturation hydraulique : progrès technique ou rideau de fumée

Publié le par afislr

Dans le cadre de ses rencontres pour l'information scientifique, l'antenne pour le Languedoc-Roussillon de l'association française pour l'information scientifique (AFIS-LR), organisait le 17 janvier une conférence intitulée : « gaz de schiste Get fracturation hydraulique : progrès technique ou rideau de fumée ». Cette conférence était animée par Olivier Fouché maître de conférences au CNAM .

Une bonne centaine d'auditeurs était venue assister à cette conférence, dont, semble-t-il, de nombreux militants des associations opposées à l'exploitation des gaz de schiste.

 

conf2


Le conférencier, après avoir fourni des données de nature géologique, a exposé les techniques de fracturation hydraulique qui, bien qu'utilisées depuis fort longtemps, semble cristalliser l'opposition de la population. Ont ensuite été répertoriés les différents inconvénients de cette exploitation : pollution environnementale, vieillissement des installations, impact esthétique, accidents possibles et problème de l'eau.

 

conf1


Les assistants ont été très intéressés par cet exposé qui n'a rien caché des inconvénients éventuels de cette ressource et insisté sur le fait que les compagnies pétrolières détiennent de nombreuses informations qui ne sont pas accessibles aux chercheurs des milieux universitaires.

Les échanges qui ont suivi ont été courtois et le plus souvent pertinents. Quelques géologues, présents dans la salle, ont pu compléter les informations données par le conférencier.

Une manifestation intéressante et positive qui nous a aussi permis de faire connaître l'AFIS et son journal « science et pseudo science ».

 

Publié dans au jour le jour

Commenter cet article

omni tech support guides 02/02/2015 08:54

What he has said here is no bullshit; it is just the absolute real thing, which most people do not know off. His analysis on it is seriously worth a case study and very much helpful in guiding many people to the right path.